Carême 1983 : La Foi

LE RENOUVEAU DE L’ESPRIT

Octogénaire , ce siècle avait deux ans , je pense être témoin de quatre mouvements majeurs de l’Esprit Saint qui marquent en profondeur la vie de l’Eglise aujourd’hui :

1. , Le Renouveau œcuménique qui prend son départ en 1910. Après les grands schismes du V°, XI° et XVI° siècles , le XX° s’avère le siècle de l’union. Lors de l’Annonce commune du Christ par les Catholiques, les Protestants et les Orthodoxes, les journalistes m’ont demandé , en termes journalistiques , ce qui se passait. J’ai répondu : « Ce que vous voyez sous ce grand chapiteau, c’est l’assemblée de frères séparés depuis près de mille ans, ou cinq cents ans. De dos à dos, ils se sont trouvé face à face pour le dialogue, et ce soir côte à côte ».

2. , Vers la même date , 1909 , Dom Labert a lancé le Mouvement dit Liturgique. Ce fut la découverte par l’occident du Proche-Orient chrétien, de nos frères orthodoxes. Chaque église, me disait le Métropolite Damaskinos, aujourd’hui Archevêque, a besoin des charismes de l’autre. Le Pasteur Boegner m’a souvent parlé de la place de l’Esprit Saint dans l’Orthodoxie.

3. , Le troisième mouvement de première importance fut le Renouveau biblique , comme ressourcement. Que de traductions de la Bible en langue française depuis 50 ans ! Enfin, nous avons la même Bible, voire même une traduction commune. Des cercles d’études bibliques œcuméniques surgissaient dans nos paroisses pour une lecture commune , un partage du Pain de Vie : « Mes paroles sont Esprit et Vie ».

4 , Aujourd’hui, dans la logique de l’histoire sainte de notre XX° siècle, une quatrième vague surgit dans le monde entier : mouvement non dans l’Eglise, mais de l’Eglise. On le dit charismatique ou simplement on l’appelle « le Renouveau ». A la fois œcuménique, son potentiel de l’Unité est de plus en plus reconnu en haut lieu.

Liturgique : les jeunes ressentent la réalité des symboles , et les Assemblées vibrent de prières dans l’action de grâce. La lecture de la Parole, dont le choix relève de la spontanéité de l’Esprit est un trait caractéristique des assemblées de prières. , « C’est le Retour de l’Esprit » a-t-on écrit, et je me souviens de l’image du cher Pasteur Appia , au premier rassemblement charismatique en France , c’était à la Porte Ouverte en 1971 : « Telle une vague qui disparaît pour ressurgir plus loin, ainsi l’Esprit se manifeste avec force et puissance au sein de l’Eglise d’aujourd’hui ». Bien sà »r, toute image est imparfaite. Déjà , lors du Rassemblement œcuménique à Upsal en 1966, le Métropolite Hazin de Lattaquie disait sur le thème « Voici, je fais toutes choses nouvelles » (Apocalypse 21/5) : « C’est l’action de l’Esprit qui fait cette nouveauté dans le monde. Sans lui, Dieu est loin, le Christ dans le passé, l’Evangile une lettre morte, l’Eglise une simple organisation, l’autorité une domination, la mission une propagande, le culte une invocation magique et l’agir chrétien une morale d’esclave ».

Nous soulignons le mot Renouveau en mettant l’accent non sur le mot nouveau, mais renouveau ! Dans sa course historique, l’Eglise de « l’Arrivée » est l’Eglise du « Départ », avec la même sensibilité aux signes des temps. Avant de parler des charismes , ou dons de l’Esprit, l’on souligne l’Esprit comme Don du Père et du Fils... Les charismes sont « les dons » de Dieu. L’Esprit n’est pas venu les mains vides ! Ce serait une folie, une grande ingratitude, de mépriser le moindre des dons de l’Esprit Saint , Esprit de Sagesse et d’Amour.

Notre pneumatologie s’enrichit de jour en jour. Par exemple, la prière dans l’Esprit qui englobe la prière de l’intelligence et de l’esprit humain. Puis la prière « avec mon esprit » explicitée par Saint Paul (1 Corinthiens 14/15) , ainsi on arrive à « prier sans cesse ». La Bible termine sur la prière fondamentale de l’Eglise et de l’Esprit : « L’Esprit et l’Epouse disent : Viens ! ». « Viens vite ! » ajoutait l’autre jour un théologien orthodoxe de Paris , et Jésus nous dit sa hâte de nous rejoindre : « Oui, je reviens bientôt » et le disciple bien-aimé répond : « Amen. Viens, Seigneur Jésus ». La mission commune de l’Esprit et de l’Eglise, c’est de hâter l’Avènement dans la gloire de notre unique Seigneur Jésus-Christ.